International › APA

Procès du 28 septembre en Guinée : place aux débats de fond après la suspension

Parmi les onze accusés du massacre du 28 septembre 2009 à Conakry, le colonel Moussa Tiégboro Camara a plaidé non coupable au procès éponyme qui a repris lundi 10 octobre.Le procès du massacre du 28-Septembre se poursuit ce mardi à Conakry, a constaté APA. Après une suspension de quelques jours, les débats de fond ont été entamés la veille avec l’audition de Moussa Tiégboro Camara. Ce dernier était secrétaire d’État chargé des services spéciaux, de la lutte contre la drogue et le grand banditisme au moment des évènements qui ont fait au moins 157 morts, des disparus et de nombreuses femmes violées.

A la barre, M. Camara a nié devant le juge Ibrahima Sory Tounkara les faits qui lui sont reprochés : assassinats, viols, actes de torture et de pillage commis lors de la répression d’un rassemblement de l’opposition le 28 septembre 2009 et les jours suivants. Sous le feu des questions du ministère public et des avocats de la partie civile, le militaire a gardé son calme, rejetant sans ambages toute responsabilité qui aurait conduit à la mort de civils et leur éventuel enterrement dans un charnier.

« Je ne sais pas où se trouve le charnier. D’ailleurs c’est vous qui me l’apprenez, et je ne suis au courant de l’existence d’aucun charnier », a-t-il répondu à l’un des avocats de la partie civile. Toutefois, il fait remarquer à l’audience avoir secouru des leaders politiques qui se « faisaient tabasser » par « des hommes de Toumba (Aboubacar Sidiki Diakité de son vrai nom) », surnom du lieutenant Aboubacar Diakité, l’ancien aide de camp de Moussa Dadis Camara, l’ex-chef de la junte qui est la figure principale des accusés du massacre du 28-Septembre.

Rejets tous azimuts

Dès la reprise du procès, la cour a rejeté la demande de placement en résidence surveillée de Moussa Dadis Camara. Vivant jusqu’alors en exil au Burkina Faso, il a été écroué quelques jours après son retour en Guinée pour participer au procès, convaincu de pouvoir laver son honneur. Il regrette toutefois que la cour n’ait pas respecté les « égards » dus à son statut d’ancien chef d’État.

Le tribunal a refusé également la demande de liberté provisoire de ses co-accusés dont celle du lieutenant Toumba Diakité. Ce dernier, placé sous mandat de dépôt depuis 2016 après son extradition par le Sénégal où il s’était enfui après avoir tiré sur Dadis Camara, et malade selon ses avocats, est apparu très diminué à l’ouverture du procès. La demande d’évacuation sanitaire de ses conseils n’a pas trouvé un avis favorable du juge.

En effet, Ibrahima Sory Tounkara, le président du tribunal chargé de juger les présumés responsables du massacre du 28-Septembre, a expliqué qu’Aboubacar Sidiki Diakité « n’a fourni aucune pièce médicale pour appuyer sa demande d’évacuation sanitaire ».

Le magistrat précise aussi que c’est en vertu du Code de procédure pénale que les onze accusés étaient tenus de se constituer prisonniers, la veille du procès et que la mesure de résidence surveillée n’était applicable qu’aux détenus étrangers.

A côté de Moussa Tiégboro Camara, Aboubacar Sidiki Diakité et Moussa Dadis Camara, moins d’une dizaine d’anciens officiels militaires et gouvernementaux sont également poursuivis dans le massacre du 28-Septembre. Ils sont tous présents au tribunal spécialement construit pour abriter le procès des évènements tragiques qui se sont déroulés, il y a treize ans, au stade du 28 septembre de Conakry.

Selon le rapport d’une commission d’enquête internationale mandatée par les Nations unies, pas moins de 157 personnes avaient été tuées, des centaines blessées et près de 109 femmes violées.

Un souvenir cauchemardesque

L’opposition voulait démontrer à l’époque sa force et dissuader le capitaine Moussa Dadis Camara, devenu chef de la junte militaire après la mort du général Lansana Conté, resté 24 ans au pouvoir, de se présenter à l’élection présidentielle de janvier 2010. Elle avait décidé de braver l’interdiction des autorités militaires en organisant un rassemblement « pacifique » au stade du 28 septembre de Conakry.

Cette date, qui rappelait jusque-là fièrement le « non » de Sékou Touré, père de l’indépendance du pays, au référendum instituant une « communauté » franco-africaine proposée par le général de Gaulle en 1958, devenait un demi-siècle après un cauchemar pour les Guinéens.

La foule rallie le stade et force les portes qui étaient fermées. Après une atmosphère festive jusqu’à midi, d’après les témoins, les soldats ont commencé à tirer, de l’extérieur, des lacrymogènes dans l’enceinte. Ils ont par la suite bloqué les accès du stade avant d’ouvrir le feu sur les protestataires. Les témoins rapportent que des personnes ont trouvé la mort en sautant des tribunes alors que d’autres ont été piétinées dans la bousculade.

Plusieurs familles qui ont perdu des proches et les victimes continuaient de réclamer depuis lors un procès alors que l’instruction des magistrats guinéens était close depuis fin 2017. Il manquait cependant une volonté politique du régime d’Alpha Condé (2010-2021) pour vider ce lourd dossier judiciaire.

Selon certains observateurs, l’ex-chef de l’Etat, renversé le 5 septembre 2021 par le Comité national du rassemblement pour le développement (CNRD) avec à tête le Colonel Mamadi Doumbouya, ne voulait pas se mettre à dos un certain nombre d’officiers qui s’étaient mis à son service après son élection. Son coup d’Etat a donc permis l’ouverture du procès qui constitue une opportunité politique pour l’actuel chef de la junte militaire en conflit avec la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (Cédéao) sur la durée de la transition. Ses rapports avec l’opposition se sont également dégradés.



Commentaire

Bon plan
O'Wano Lagune Publié le 01.03.2021

O’WANO LAGUNE – RESTAURANT AFRICAIN

Situé dans la commune de Bingerville à Abidjan, l'espace O'WANO Lagune vous accueillera dans un lieu atypique. O'WANO lagune, séduit par sa beauté aux couleurs…

Lire la suite
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal de Bangui et recevez gratuitement toute l’actualité

Agenda
  • Il n'y a aucun évènements à venir.
Voir tout l’agenda
Retour en haut