International › APA

Parlement, économie et éducation au menu des quotidiens et hebdomadaires marocains

Le discours royal prononcé à l’ouverture de la session parlementaire d’automne, la révision de l’accord de libre-échange entre le Maroc et la Turquie, le système éducatif national et l’importance des touristes étrangers sont les principaux sujets abordés par les quotidiens et hebdomadaires marocains.+Le Matin+ rapporte que le plan de relance économique, qui repose sur le Fonds d’Investissement stratégique, baptisé « Fonds Mohammed VI pour l’investissement », est placé en tête des priorités de l’étape actuelle, et vise à soutenir les secteurs productifs, notamment le tissu des petites et moyennes entreprises, a affirmé le Roi Mohammed VI.

Le Souverain a précisé que ce plan vise à soutenir les secteurs productifs, notamment le tissu des petites et moyennes entreprises. Le plan repose sur le Fonds d’investissement stratégique « dont Nous avons préconisé la création et auquel Nous avons décidé de donner le nom de Fonds Mohammed VI pour l’Investissement », a ajouté SM le Roi dans son discours prononcé vendredi à l’occasion de l’ouverture de la session parlementaire d’automne.

Sur le même registre, +Libération+ indique que le Roi Mohammed VI a appelé le gouvernement à « opérer une révision profonde des critères et des procédures de nomination aux postes supérieurs, afin d’inciter les compétences nationales à intégrer la fonction publique et à la rendre, in fine, plus attractive ».

« Le succès du plan de relance économique et la mise en place d’un nouveau contrat social nécessitent une évolution réelle des mentalités et un véritable changement dans le niveau de performance des établissements publics », a affirmé le Souverain dans un discours adressé au parlement, à partir du Palais Royal de Rabat, à l’occasion de l’ouverture de la session parlementaire d’automne.

Le Souverain a rappelé qu’« indépendamment de ses objectifs, la réussite de tout plan ou projet est tributaire de l’adoption des principes de bonne gouvernance et de reddition des comptes », soulignant l’impératif pour les institutions de l’Etat et les entreprises publiques de montrer une attitude exemplaire et agir comme un levier de développement, et non comme un frein.

Pour sa part, +La Vie Eco+ écrit que la révision de l’accord de libre-échange avec la Turquie peut servir d’enseignement pour l’avenir, rappelant que le Maroc a fait le choix irréversible d’une économie ouverte et connectée au monde.

Aujourd’hui, le Royaume est impliqué dans des projets de libre-échange, notamment celui continental, la Zone de libre-échange continentale africaine (ZLECA), ou encore celui régional avec les pays de l’Afrique de l’Ouest, regroupés au sein de la CEDEAO, poursuit l’hebdomadaire, soulignant qu’au-dessus de tout, il y a une seule considération qui prime : l’intérêt national.

« Dans un environnement mondial qui sera davantage perturbé et imprévisible à l’avenir, l’enjeu pour un décideur public n’est pas de tout prévoir mais d’avoir la capacité d’adaptation et d’être agile en concevant des solutions efficaces dans le présent mais évolutives et modelables pour le long terme », estime-t-il.

De son côté, +Finances News Hebdo+ estime qu’il va falloir composer avec le coronavirus. Et c’est, aujourd’hui, le défi que devra surmonter le système éducatif, notant que le corps enseignant devra s’adapter à cette réalité imposée par la crise sanitaire et s’approprier les outils technologiques mis à sa disposition, tout en sachant être pédagogue.

Le retour des enfants sur les bancs de l’école est synonyme de risques d’apparition de clusters, prévient la publication, relevant que les élèves devront accepter cette situation incongrue et s’accrocher pour éviter le décrochage scolaire.

+La Nouvelle Tribune+, rappelle ue la production de vaccins ou de traitements anti-Covid ne se réalisera pas avant plusieurs mois ! A cet effet, l’ouverture des frontières, et notamment le ciel marocain, permettrait assurément d’assurer le redémarrage des secteurs concernés (plus d’un million de salariés, toutes activités confondues), explique le journal, notant que cette décision est de nature à redonner à la compagnie aérienne nationale, Royal Air Maroc, la possibilité d’un retour progressif à la normale et, de surcroît, le come-back des touristes étrangers, surtout européens, dans nos villes touristiques aujourd’hui exsangues.

Dès lors, les mesures de prévention sanitaires seraient appliquées par des touristes habitués à les respecter dans leurs propres pays, ajoute-t-il, relevant que les autorités veilleraient sur l’application des strictes mesures sanitaires par les hôtels, les restaurants, les taxis et les commerçants.



Commentaire

Bon plan
Publié le 21.10.2019

LES CASCADES DE MAN

Les cascades naturelles de Man volent la vedette à tous les sites touristiques de la région du Tonkpi. Leur nom colle désormais à celui de…

Lire la suite
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal de Bangui et recevez gratuitement toute l’actualité

Agenda
  • Il n'y a aucun évènements à venir.
Voir tout l’agenda
Retour en haut