International › APA

Niger : plus de 22.000 écoliers affectés par l’insécurité en 2020 (Unicef)

Le Fonds des Nations unies pour l’enfance (Unicef) appelle à « plus d’attention et de mobilisation » sur la situation des enfants privés d’éducation en raison de l’insécurité dans les zones conflictuelles au Niger.Le nombre d’écoles forcées de fermer en raison de l’insécurité dans les localités touchées par le conflit « est passé de 312 à 377 au cours des derniers mois » dans ce pays sahélien, fait savoir l’Unicef dans un communiqué parvenu jeudi à APA.

Rien qu’en 2020, « plus de 300 écoles ont été fermées à travers le pays », déplore l’Unicef. Les menaces contre la sécurité scolaire étaient « particulièrement aiguës dans les régions de Tillabéry, Tahoua et Diffa ». Le Fonds des Nations unies pour l’enfance estime ainsi que « jusqu’à 80 % des enfants » peuvent être victimes de traumatismes psychologiques, les empêchant de réaliser leur plein potentiel à l’âge adulte.

« Les attaques contre les écoles, les élèves et les enseignants sont un déni du droit des enfants à l’éducation et menacent leur avenir. Sans accès à l’éducation, une génération d’enfants vivant dans des conflits grandira sans les compétences dont ils ont besoin pour contribuer au développement de leur pays et à la situation déjà désespérée de millions d’enfants et de leurs familles », a souligné Stefano Savi, Représentant de l’Unicef au Niger.

Pourtant, cet Etat « a endossé » la Déclaration sur la sécurité dans les écoles en juin 2015. Il s’agit d’un engagement politique visant à mieux protéger les élèves, les enseignants et les écoles pendant les conflits armés, à soutenir la poursuite de l’éducation et à mettre en place des mesures concrètes pour dissuader l’utilisation militaire des écoles, souligne l’Unicef.

La Déclaration est un cadre de collaboration et d’échange. Les pays signataires se réunissent régulièrement pour examiner sa mise en œuvre. C’est d’ailleurs lors de la célébration de son cinquième anniversaire, le 28 mai 2020, que l’Assemblée Générale des Nations Unies a désigné le 9 septembre Journée internationale pour protéger l’éducation des attaques.

Par ailleurs, l’Unicef dit avoir aidé le gouvernement nigérien à répondre aux crises sécuritaires et de déplacement en permettant l’accès à l’éducation dans les régions de Diffa, Maradi, Tillabéry et Tahoua. En 2020 notamment, plus de 176.000 enfants touchés « ont été soutenus pour la continuité éducative dans ces régions ».

À la fin de mars dernier également, 68.000 enfants supplémentaires, dont 23.000 filles, affectés par la crise humanitaire avaient pu accéder à l’éducation formelle ou non formelle. Pendant ce temps, 28.000 enfants avaient reçu du matériel d’apprentissage individuel avec le soutien de l’organisation onusienne.

En outre, l’Unicef informe qu’il « travaille avec des partenaires pour créer des environnements d’apprentissage alternatifs, sûrs et temporaires pour les enfants » lorsque l’intégration dans les écoles formelles n’est pas possible.



Commentaire

Bon plan
O'Wano Lagune Publié le 01.03.2021

O’WANO LAGUNE – RESTAURANT AFRICAIN

Situé dans la commune de Bingerville à Abidjan, l'espace O'WANO Lagune vous accueillera dans un lieu atypique. O'WANO lagune, séduit par sa beauté aux couleurs…

Lire la suite
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal de Bangui et recevez gratuitement toute l’actualité

Agenda
  • Il n'y a aucun évènements à venir.
Voir tout l’agenda
Retour en haut