International › APA

Mohamed Bazoum: « Mes adversaires n’ont pas d’arguments »

Apanews a rencontré le candidat du pouvoir et favori à l’élection présidentielle prévue le 27 décembre au Niger, Mohamed Bazoum.Un vent chaud et sec balaie en cette fin de matinée de décembre, le tarmac de l’aéroport international Mano Dayak d’Agadez. Splendide petite cité historique presque entièrement battue en terre surnommée « la porte du désert » par les voyagistes qui naguère drainaient dans les parages des milliers de touristes. La fréquence des attaques jihadistes dans le Sahel ayant poussé les principaux pays occidentaux à déconseiller une grande majorité des terres sahéliennes et la presque totalité du Niger, la vieille ville n’a pas vu le moindre touriste depuis belles lurettes. Au point que « les habitants ont déjà oublié l’existence même de l’aéroport », selon les mots d’un jeune homme.

Mais mardi 16 décembre, le petit aérodrome a attiré du monde. Les uns dansant et chantant. Les autres se bousculant pour approcher la passerelle de l’appareil qui vient d’atterrir et d’où s’apprête à sortir l’homme dont tout le pays parle en ce moment: Mohamed Bazoum, patron du Parti Nigérien pour la Démocratie et le Socialisme (PNDS/Tarraya), qu’il a cofondé voici presque trente ans avec son ami Mahamadou Issoufou, l’actuel président de cette ancienne colonie française auquel il veut aujourd’hui succéder. Un rêve qu’il espère réaliser à l’issue de l’élection présidentielle prévue le 27 décembre prochain et à laquelle Issoufou ne peut se présenter après avoir accompli les deux quinquennats autorisés par la Constitution en vigueur dans ce vaste État sahélien multiethnique de vingt millions d’âmes placé en 2019 par l’ONU au dernier rang de son classement annuel de l’Indice de Développement Humain (IDH) des pays.

A juger par la dimension des portraits placardés un peu partout dans les rues de Niamey, la capitale, et sur les routes de provinces, les moyens déployés par les équipes de campagnes, mais surtout les avis de nombre d’observateurs, Bazoum se présente comme le grand favori à cette présidentielle qui se déroule en même temps que des législatives. Seul adversaire qui aurait pu jouer jeu égal avec lui, selon les analystes, l’ancien président de l’Assemblée nationale et ancien Premier ministre, Hama Amadou, 70 ans, n’a pas été autorisé à se présenter par la Cour constitutionnelle en raison d’une condamnation en 2017 à un an de prison dans une affaire de trafic de bébés avec le Nigeria voisin. Arrivé deuxième de la présidentielle derrière Mahamadou Issoufou en 2016, Hama Amadou a toujours qualifié cette condamnation de « politique », destinée à le disqualifier à cette présidentielle de 2020.

« Vous avez vu les résultats des municipales de dimanche dernier. Avec 60% d’élus, la coalition de partis qui me soutient est venue largement en tête. Ce résultat traduit le rapport de force réel sur le terrain entre mes adversaires et mes partisans. Je peux donc croire à une victoire dès le premier tour, même si je ne crains pas non plus d’aller à un second tour », confie celui que ses proches appellent déjà « Monsieur Le Président » au cours d’un entretien exclusif à Apanews. C’était mercredi dernier, en début d’après-midi, à In Gall, petit village touareg perdu dans le désert, troisième et dernière étape, après Agadez et Aderbidsat de cette tournée de vingt-quatre heures menée au pas de charge dans le Nord du pays. 

Le bras droit d’Issoufou

Né le premier janvier 1960 dans la région de Diffa, dans le Sud-est du pays, non loin du Tchad et du Nigeria, Bazoum a été élevé dans la région de Zinder, au centre, où il a obtenu le baccalauréat en 1979 avant d’aller apprendre la philosophie morale et politique à l’Université de Dakar, à l’époque principal établissement francophone du genre d’Afrique de l’Ouest. Sur le campus de la capitale sénégalaise, le Nigérien se fait remarquer par ses penchants militants et marxistes. Rentré au Niger cinq ans plus tard où il intègre l’Education nationale comme enseignant, il connaît plusieurs séjours dans les commissariats de police en raison de ses activités politiques et syndicales. Une expérience qui n’est pas étrangère à sa future carrière publique qui débute officiellement par sa cooptation au nom de l’USTN (Union syndicale des travailleurs du Niger) au sein du directoire de la Conférence nationale souveraine mise en place en 1991 pour mettre un terme au régime du parti unique et instaurer le multipartisme et la démocratie.

Elu député en 1993, 2004, 2011 et 2016 de la circonscription spéciale de Tesker (Zinder), plusieurs fois vice-président de l’Assemblée nationale et ministre dans plusieurs gouvernements, Bazoum est à la fois l’éminence grise et le bras droit de son ami Mahamadou Issoufou, le président sortant, qu’il a grandement aidé à se faire élire pour une première fois en 2011 puis en 2016.

« J’assume entièrement ma part de responsabilité dans son bilan. Le programme que je défends aujourd’hui n’est que la continuité des actions menées par le président Issoufou depuis son élection à la tête du Niger. Je viens consolider les réalisations que nous avons faites ensemble, comme le renforcement des institutions, de la démocratie et la stabilisation du pays », assure celui qui, avant son retrait du gouvernement en juin dernier pour se consacrer à la présidentielle, avait occupé ces dix dernières années les plus prestigieux des postes gouvernementaux: ministre d’Etat chargé des Affaires étrangères, ministre d’Etat à la présidence puis ministre d’Etat chargé de l’Intérieur, de la Sécurité publique, de la Décentralisation et des Affaires coutumières et religieuses.

Que compte-t-il faire contre la corruption, cette maladie très africaine à laquelle, hélas, le Niger n’échappe pas, comme en témoigne ce scandale récent qui a éclaboussé le ministère de la Défense et qui continue de faire débat au sein de l’opinion ? L’affaire a été rendue publique en février dernier, lorsque l’Inspection générale des armées dans un audit commandité par la présidence révèle que plus de 76 milliards de francs CFA (116 millions d’euros) auraient été détournés de 2014 à 2019, soit en cinq ans, dans le cadre de contrats d’armements. Selon l’organisation Transparency International, le budget annuel destiné au secteur de la défense au Niger est d’environ 250 millions de dollars, soit près de 20% du budget de l’Etat. Selon cet audit interne, 45% des moyens financiers alloués annuellement à l’armée ont donc été détournés en cinq ans par le biais de techniques de surfacturation, de faux appels d’offres et parfois sans qu’aucun matériel ne soit simplement livré.

« Ce qui a été répandu au sujet de cette histoire ne traduit pas la réalité des faits. Mais il est vrai que cette affaire a révélé qu’il existe des fonctionnaires qui s’adonnent à la concussion et des opérateurs économiques qui font dans la corruption. Il faut absolument mettre un terme à ce genre de pratiques. Il faut instaurer des garde-fous et rationaliser les dépenses publiques. Si je suis élu, je serai intraitable sur ces questions, y compris à l’égard de mes amis, proches et alliés », jure l’ancien disciple de Karl Marx, aujourd’hui converti à la social-démocratie.

Issu des Oulad Souleymane, une tribu arabe minoritaire dans le pays, mais très présente en Libye, au Tchad et au Mali voisins, Bazoum qui parle avec aisance les principales langues en usage au Niger, est attaqué par certains de ses adversaires sur ses origines qui ne seraient pas nigériennes.

« Pourquoi ces accusations n’ont jamais été brandies avant? Je suis né au Niger, j’y ai été élevé et j’y ai toujours travaillé. J’ai présenté les mêmes pièces d’état civil pour être candidat à la présidence de la République que lorsque j’étais candidat à la députation en 1993, en 1996, en 1999, en 2004, en 2011, en 2016. A l’époque, personne ne les a jamais contestées. Ceux qui me contestent ma nationalité aujourd’hui savent très bien que je suis Nigérien, mais faute d’arguments sérieux face aux électeurs, ils n’ont pas trouvé mieux que d’inventer ce genre d’accusations. Or, le Niger n’a pas besoin de ce genre d’histoires. La sous-région et l’Afrique non plus. Au contraire. D’un point de vue symbolique, mon élection éventuelle à la tête du Niger pourrait servir de bel exemple à beaucoup de pays africains pour dépasser ce genre de querelles inutiles et avancer vers la consolidation des liens entre les différentes communautés nationales. C’est un des sens que je donne d’ailleurs à ma candidature et je pense que l’écrasante majorité de mes compatriotes ont déjà largement dépassé ces considérations tribales et ethniques », argumente l’ancien professeur de philosophie.

Le Niger étant avec le Mali et le Burkina un des pays du Sahel les plus visés par les groupes jihadistes actifs dans la région, quel bilan fait-il de la situation sécuritaire, sept ans après le déclenchement de la guerre contre les islamistes armés inaugurée en 2013 par l’opération française Serval, remplacée depuis 2014 par Barkhane qui mobilise aujourd’hui plus de 5000 soldats tricolores qu’appuient les militaires locaux?

« En toute franchise, je pense que sans l’intervention militaire de la France en 2013 au Mali, le Sahel aurait été dans une situation beaucoup plus grave que maintenant. Mais on aurait pu faire mieux si nos pays avaient bénéficié d’appuis plus importants comme cela a été maintes fois promis », regrette-t-il en allusion aux financements internationaux régulièrement annoncés, mais jamais concrétisés, au profit du G5 Sahel. Il s’agit de cet organisme sous-régional qui regroupe depuis 2014 la Mauritanie, le Mali, le Burkina-Faso, le Niger et le Tchad et qui est censé servir de cadre pour mutualiser les moyens des pays sahéliens afin de lutter contre la menace jihadiste.

Est-il d’accord avec ses voisins maliens qui depuis le coup d’Etat militaire contre le président Ibrahim Boubacar Keita (IBK), en août dernier, crient haut et fort qu’ils veulent désormais trouver une sortie de crise négociée avec les jihadistes?

« Le Niger n’est pas dans la même situation que le Mali. Nous n’avons pas de groupe jihadiste nigérien qui exprime des revendications en lien avec la gestion du pays. Ce qui n’est pas le cas de notre voisin. Nous faisons face à des groupes étrangers qui sont basés hors de notre territoire et qui parfois commettent des attaques dans notre pays. Je comprends tout de même que certains voisins puissent avoir des positions qui leur sont dictées par la situation dans leurs pays », conclut celui qui lors de son passage au gouvernement était un des principaux artisans de la politique sécuritaire de son pays. Une étiquette qui fait dire à certains qu’en « plus de l’atout d’être le candidat du pouvoir, Bazoum se présente à la présidentielle avec l’avantage d’être le favori des principaux partenaires étrangers du Niger, la France et les Etats-Unis en tête ».



Commentaire

Bon plan
O'Wano Lagune Publié le 01.03.2021

O’WANO LAGUNE – RESTAURANT AFRICAIN

Situé dans la commune de Bingerville à Abidjan, l'espace O'WANO Lagune vous accueillera dans un lieu atypique. O'WANO lagune, séduit par sa beauté aux couleurs…

Lire la suite
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal de Bangui et recevez gratuitement toute l’actualité

Agenda
  • Il n'y a aucun évènements à venir.
Voir tout l’agenda
Retour en haut