International › APA

Mauritanie : Ghazouani veut « relancer la machine » (analyste)

Pour le journaliste mauritanien, Bakari Guèye, l’avènement d’un nouveau gouvernement dans son pays procède de la volonté du chef de l’Etat de donner corps à ses promesses de campagne.Pourquoi le président Mohamed Ould Ghazouani a décidé de changer de Premier ministre au moment où il vient d’achever sa première année au pouvoir ?

Le président Ghazouani était venu avec un programme très ambitieux. Son accession au pouvoir avait suscité beaucoup d’espoirs qui malheureusement ont été pratiquement déçus. Il fallait, après une année avec un bilan mitigé, relancer la machine. C’est ce qui explique le changement de Premier ministre.

Ce dernier aura pour missions d’insuffler de nouveau l’espoir aux Mauritaniens et surtout d’avoir des résultats concrets dans l’exécution du programme du chef de l’Etat. Celui-ci avait promis de sortir les Mauritaniens de la situation difficile dans laquelle ils se trouvent.

Qui est le nouveau Premier ministre et pourquoi a-t-il été choisi ?

Il s’appelle Mohamed Ould Bilal. Il est né en 1963 à Rosso à la frontière entre la Mauritanie et le Sénégal. C’est quelqu’un qui a eu une formation d’ingénieur en hydraulique. Il a été formé en Algérie. Après ses études, au début des années 90, il est rentré en Mauritanie pour occuper d’importants postes.

Il a eu à diriger, à Assaba (est), un projet du Commissariat à la sécurité alimentaire qui entre dans le cadre de la lutte contre la pauvreté. C’était de 1993 à 2000. Il a également travaillé comme Consultant à l’Agence de développement urbain (Adu), une structure gouvernementale. En 2002, il a été nommé Directeur des infrastructures dans l’agence susmentionnée. Il est entré au gouvernement en 2007 comme ministre de l’Equipement, de l’Urbanisme et de l’Aménagement du territoire. Ensuite, il a quitté le gouvernement.

Et avec l’arrivée de Mohamed Ould Abdel Aziz en 2008, il a occupé brièvement un poste de Directeur de la Société mauritanienne d’électricité (Somalec). Il n’a pas tenu très longtemps à cause apparement d’un conflit avec l’ancien président de la République. On dit que c’était lié à la passation des marchés au niveau de cette entreprise. On raconte que c’est un monsieur très regardant sur les règles orthodoxes. Donc, il n’a pu se comprendre avec le président Aziz qui l’a débarqué. Depuis l’été 2019, il était un Conseiller du Premier ministre qui vient d’être limogé.

L’actuel Premier ministre est considéré comme un technocrate. Ghazouani l’a choisi non seulement pour ça mais également pour sa jeunesse et son détachement de la politique. Mohamed Ould Bilal a déjà fait ses preuves. C’est pour cette raison qu’il a été nommé à ce poste.

La nouvelle équipe gouvernementale marque-t-elle une rupture avec l’ancien cabinet ou en est-elle la continuité ?

Je trouve que le nouveau gouvernement qui vient d’être mis en place est à la fois une rupture et une continuité de l’anncienne équipe. Une rupture parce que tous les ministres de l’ancien régime, qui figuraient dans le premier gouvernement, n’ont pas été reconduits à l’exception d’un seul : le ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique.

Tous ces ministres ont été cités dans le rapport de la Commission d’enquête parlementaire qui portait sur les détournements de deniers publics durant la dernière décennie. Ces limogeages étaient d’ailleurs une demande très pressante de l’opinion publique. En dehors de cela, il y a eu huit nouveaux ministres, et pas des moindres, qui sont venus renforcer l’équipe gouvernementale.

Parmi ceux-ci, il y a un ministre de souveraineté, celui de la Justice, Mohamed Mahmoud Ould Cheikh Abdoullah Ould Boya. C’est un ancien commis de l’Etat, un ancien diplomate. Il y a aussi la nomination d’un nouveau ministre de la Culture en la personne de Lemrabott Ould Bennahi qui était le porte-parole de la Commission d’enquête parlementaire. Cette entité est prise très au sérieux par le pouvoir.

Il y a également un nouveau ministre de l’Economie, Ousmane Mamoudou Kane. C’est un expert dans ce domaine connu sur le plan africain et international. Il aura pour tâche essentielle de relancer l’économie mauritanienne au sortir de cette crise de la Covid-19 ayant profondément affecté le pays. Il y a enfin un nouveau ministre du Pétrole. C’est un profond remaniement. Une façon pour le président Ghazouani d’injecter du sang neuf à son gouvernement afin qu’il puisse  satisfaire aux attentes des Mauritaniens qui commencent vraiment à s’impatienter.



Commentaire

Bon plan
Publié le 21.10.2019

LES CASCADES DE MAN

Les cascades naturelles de Man volent la vedette à tous les sites touristiques de la région du Tonkpi. Leur nom colle désormais à celui de…

Lire la suite
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal de Bangui et recevez gratuitement toute l’actualité

Agenda
  • Il n'y a aucun évènements à venir.
Voir tout l’agenda
Retour en haut