International › APA

L’Onu critique l’expulsion de sa Représentante à Ouagadougou

Le Secrétaire général de l’Organisation des Nations unies (Onu), Antonio Guterres, a condamné la décision des dirigeants militaires du Burkina Faso d’expulser la représentante de l’organisation dans le pays.M. Guterres a exprimé sa confiance en Barbara Manzi, la plus haute responsable de l’Onu au Burkina Faso, à qui le gouvernement a ordonné de quitter le pays vendredi dernier.

Dans une déclaration, M. Guterres a annoncé qu’il avait pleinement confiance dans le système des Nations Unies au Burkina Faso, ainsi que dans l’engagement et le professionnalisme de Mme Manzi.

Depuis des années, le Burkina Faso souffre d’instabilité politique et a connu deux coups d’Etat militaires au cours de la seule année 2022. Cette année a également été marquée par la poursuite des attaques terroristes meurtrières qui frappent depuis longtemps le pays.

Au moins 79 personnes sont mortes dans une attaque contre une ville du nord du pays en juin et, lundi, un minibus aurait heurté une mine terrestre, tuant une dizaine de personnes.

Au milieu de ce manque de sécurité, le Burkina Faso est confronté à une énorme crise humanitaire, avec plus d’un million de personnes déplacées de leurs foyers ou victimes des conflits en cours et de la pauvreté.

En novembre, dans un blogue de « United Nations News », Mme Manzi a décrit la vulnérabilité des services d’éducation et de santé face aux groupes terroristes, dont beaucoup ont été contraints de fermer, exacerbant ainsi la crise.

Selon les médias, le ministère des Affaires étrangères du Burkina Faso a invoqué la décision de Mme Manzi de retirer le personnel non essentiel de la capitale, Ouagadougou, pour justifier sa déclaration de persona non grata.

Cependant, comme l’a souligné M. Guterres dans sa déclaration, la doctrine de la persona non grata ne s’applique pas aux fonctionnaires des Nations Unies.

« En vertu des articles 100 et 101 de la Charte des Nations Unies, les fonctionnaires des Nations Unies sont nommés par le Secrétaire général, ne sont responsables que devant l’Organisation, et les Etats membres des Nations Unies s’engagent à respecter leur caractère exclusivement international », a déclaré le chef de l’Onu.

La déclaration explique ensuite que les membres du personnel de l’Onu ont le droit de rester au Burkina Faso afin d’exercer leurs fonctions au nom de l’organisation, et que seul le Secrétaire général de l’Onu, en tant que chef de l’administration de l’organisation, à l’autorité de retirer un fonctionnaire de l’Onu.

M. Guterres a réitéré l’engagement des Nations Unies à continuer à s’engager auprès des autorités de transition du Burkina Faso et à soutenir le pays et son peuple.



Commentaire

Bon plan
O'Wano Lagune Publié le 01.03.2021

O’WANO LAGUNE – RESTAURANT AFRICAIN

Situé dans la commune de Bingerville à Abidjan, l'espace O'WANO Lagune vous accueillera dans un lieu atypique. O'WANO lagune, séduit par sa beauté aux couleurs…

Lire la suite
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal de Bangui et recevez gratuitement toute l’actualité

Agenda
  • Il n'y a aucun évènements à venir.
Voir tout l’agenda
Retour en haut