International › APA

L’attaque de Mondoro émeut la presse africaine

Le village de Mondoro, au centre du Mali, a vécu un véritable carnage vendredi dernier, avec de nombreux soldats maliens et terroristes tués lors d’une attaque surprise à laquelle les premiers ont farouchement répondu, selon plusieurs médias africains consultés lundi par APA.« Mondoro : Deuil et Interrogations ! », titre L’Aube. « Le poste de sécurité de Mondoro (Cercle de Douentza), Région de Mopti, a été attaqué, le vendredi dernier, par un groupe d’hommes puissamment armés. Le bilan provisoire a été très lourd du côté des FAMA (forces armées maliennes) », selon le quotidien malien. « En effet, selon un communiqué du Gouvernement, ce bilan s’élève à 27 morts, 33 blessés, 7 portés disparus et d’importants dégâts matériels. Cependant, la riposte de l’Armée avec l’appui de l’aviation fut à la fois immédiate et énergique », a-t-il ajouté.

« Situation sécuritaire au Mali : comment comprendre l’attaque de Mondoro ? », s’interroge Sahel Tribune. Malgré sa « montée en puissance », l’armée malienne a enregistré, vendredi 4 mars 2022, « le plus lourd bilan depuis le début de la nouvelle année, suite à l’attaque contre un camp militaire à Mondoro », commune située dans le cercle de Douentza, région de Mopti (au centre). D’ores et déjà, le président de la transition Assimi Goïta a décrété un deuil national de trois jours, à compter du samedi 5 mars, note le journal malien.

« Mondoro: La nation endeuillée », pleure Maliweb. « La nation endeuillée continue à pleurer ses morts. Nous exprimons notre compassion et notre solidarité profonde aux familles des victimes. Nous rendons aussi hommage aux braves et héros tombés sur le champ de bataille qui méritent à jamais notre reconnaissance et notre respect relatif à l’ultime sacrifice qu’ils ont accompli pour notre nation. Ce sacrifice consenti pour notre pays ne doit jamais être oublié. Le Mali a toujours été une nation de mémoire. Célébrer la mémoire de nos femmes et hommes en uniformes tombés au champ d’honneur c’est également recevoir le patrimoine de la mémoire et le transmettre. Le devoir de mémoire, c’est l’expression de la dette éternelle que nous avons à l’égard de ceux qui sont tombés en défendant la patrie, et de l’héritage que nous devons à notre tour léguer, en ayant à l’esprit que nous ne sommes que dépositaires de ce patrimoine », souligne le site malien.

Le quotidien burkinabè Wakatsera se demande de son côté si « Mondoro (n’est pas) orphelin de Barkhane », la force antiterroriste française qui a annoncé son départ du territoire malien il y a quelques semaines après de sérieuses brouilles entre l’Etat français et les militaires maliens au pouvoir.

« Malgré la bravoure des Forces de défense et de sécurité (FDS) qui ont réussi à anéantir 47 assaillants dont des chefs djihadistes, l’heure est à l’inquiétude au sein des populations qui se sont réunies ce dimanche pour manifester leur soutien total aux militaires. Dans le même temps, les populations n’ont pas manqué de pointer du doigt les +autorités+ qui ont manqué de célérité dans la réaction contre l’assaut qui, en plus des morts, a fait 33 militaires blessés dont 21 grièvement, toujours selon la comptabilité macabre provisoire », remarque le quotidien burkinabè.

Faisant une radioscopie, Aujourd’hui au Faso note que l’attaque de Mondoro, qui a fait 30 morts chez les FAma et 70 côté terroristes, est « le prix du +vide  sécuritaire+ à combler ». « A la vérité, cette région de Douentza n’a jamais été totalement pacifiée, tout le moins avec la présence de Barkhane et de la MINUSMA, les raids djihadistes avaient-ils diminué ? Car là, à quelques jets de pierres des falaises de Bandiagara, il y a 10 ans l’une des premières équipées djihadistes du MUJAO s’y est arrêtée, et depuis lors, cette région dogon, distante de près de 150 kilomètres de Mopti, et à 500 kilomètres de Bamako, n’a jamais été un havre de paix », constate le quotidien burkinabè.

Sur la guerre en Ukraine, l’ambassadeur ukrainien au Sénégal confie au quotidien sénégalais Tribune : « Nous ne recrutons pas de mercenaires ». Le Quotidien note de son côté que « l’ambassade d’Ukraine rentre dans les rangs » après une publication Facebook où elle appelait des personnes à s’inscrire pour aller combattre les Russes qui envahissent son pays depuis deux semaines.



Commentaire

Bon plan
O'Wano Lagune Publié le 01.03.2021

O’WANO LAGUNE – RESTAURANT AFRICAIN

Situé dans la commune de Bingerville à Abidjan, l'espace O'WANO Lagune vous accueillera dans un lieu atypique. O'WANO lagune, séduit par sa beauté aux couleurs…

Lire la suite
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal de Bangui et recevez gratuitement toute l’actualité

Agenda
  • Il n'y a aucun évènements à venir.
Voir tout l’agenda
Retour en haut