International › APA

Elections ougandaises, une question générationnelle

L’enjeu est énorme à un moment où des millions d’Ougandais sur les 18.103.603 électeurs inscrits font la queue pour voter aux élections générales historiques de jeudi.Il y a eu des tensions avant le vote avec des partisans de l’opposition qui se sont affrontés avec les forces de sécurité, après que la commission électorale a interdit les rassemblements, en raison de nouvelles craintes concernant la propagation du coronavirus.

Le vote pour la présidence qui oppose le vétéran Yoweri Museveni, au pouvoir depuis 1986 et Robert Kyagulanyi Ssentamu, également connu sous son nom d’artiste Bobi Wine, est un enjeu important.

Le fossé entre Museveni, 76 ans et Wine, 38 ans, a transformé ces joutes électorales en une compétition générationnelle entre la vieille garde et une jeune génération de nouveaux politiciens qui étaient des tout-petits la dernière fois que le changement est arrivé en Ouganda.

De nombreux analystes estiment que Museveni représente tout ce qui est vieux en Ouganda, un pays qu’il domine depuis son arrivée au pouvoir après une « guerre de brousse » qui a renversé le leader indépendantiste Milton Obote.

Avant l’ascension de Museveni à la présidence, l’Ouganda avait été embourbé dans un cycle apparemment sans fin de bouleversements politiques, notamment les huit années chaotiques sous le dictateur militaire Idi Amin, qui avait renversé Obote en 1971.

Après l’éviction d’Amin en 1979, Obote était revenu à la présidence, mais les vestiges d’instabilité, de corruption et de mauvaise gouvernance étaient des « taches tenaces » que le système avait du mal à effacer.

Un vide politique était là, qui avait besoin d’être comblé lorsque le Mouvement de résistance nationale (NRM) de Museveni a pris le pouvoir, promettant une rupture radicale d’avec le passé.

Après avoir été élu pour quatre mandats de cinq ans depuis que l’Ouganda a adopté la démocratie au milieu des années 1990, Museveni se présente à nouveau à la présidence.

Au cours de son règne de près de 35 ans sur la politique ougandaise, Museveni a côtoyé six présidents des Etats-Unis et s’il remporte un cinquième mandat, il travaillera avec Joe Biden, le nouvel occupant de la Maison Blanche.

Il a promis d’accepter le résultat du vote, quelle qu’en soit l’orientation.

Museveni est largement reconnu pour avoir dirigé l’Ouganda pendant de longues périodes de stabilité, mais a été critiqué pour l’échec des politiques économiques, la répression des opposants politiques, la corruption et une culture de favoritisme politique.

Une étude récente de la société de protection de la vie privée Surfshark suggère que l’Ouganda est le 15ème pays africain à avoir restreint l’accès aux médias sociaux, en raison des élections depuis 2015.

Une panne d’Internet a été observée le jour du scrutin en Ouganda, où de longues files d’attente devant les bureaux de vote ont été notées tôt ce jeudi.

Au cours des cinq dernières années, le Burundi, le Cameroun, la Guinée équatoriale, le Gabon, la Gambie, la Guinée, le Togo, la Tanzanie, le Bénin, la RDC, le Malawi, le Mali, la Mauritanie et la Sierra Leone ont également restreint l’accès aux médias sociaux en raison d’élections, selon la même étude.

Le facteur « nouveau Vin » dans la politique ougandaise

Le principal challenger de Museveni à la présidence en 2021 a été présenté comme une bouffée d’air frais, « un vin nouveau dans la vieille bouteille de la politique ougandaise ».

Bobi Wine, une pop star devenu politicien et député est considéré comme l’antithèse directe de Museveni, non seulement sur le plan générationnel, mais aussi à bien des égards.

Le jeune homme qui présente au président en poste son défi électoral le plus dur depuis des décennies a une énergie brute qui s’identifie facilement à la jeunesse avec laquelle il partage la même génération.

C’est un Wine provoquant à souhait qui semble loin d’être intimidé, bien qu’il ait été victime de violentes répressions, de harcèlement, d’arrestations et de quasi-accidents signalés dans sa vie dans les mois et les semaines précédant le jour des élections.

20ème d’au moins 33 frères et sœurs dans une maison polygame, les débuts humbles de Wine semblent lui donner l’inspiration pour faire l’inimaginable – déraciner Museveni, un homme qui est arrivé au pouvoir, alors que Bobi n’avait que deux ans à peine.

« Cela suffit pour indiquer que Museveni est ici depuis plus longtemps que nécessaire. Les bébés des premières années du NRM sont tous devenus grands maintenant et peuvent gérer les affaires du pays, il est donc temps pour Museveni de quitter la scène », a déclaré un partisan du National Unity Platform, le parti dirigé par Wine.

Wine a promis du travail à l’armée de jeunes Ougandais sans emploi et à lutter contre la pauvreté, tandis que Museveni s’est engagé à lutter contre la corruption et à remettre en marche une économie en difficulté, s’il est élu.

Mais il y a dans cette élection, plus que de simples promesses et vœux – c’est une question générationnelle.

Selon les propres estimations du gouvernement, quatre jeunes sur six sont des chômeurs sans emploi, un chiffre élevé pour un pays dont la population est la plus jeune d’Afrique, les ¾ de la population ayant moins de 30 ans d’âge.

Cette donne peut être cruciale dans le résultat de cette compétition générationnelle.



Commentaire

Bon plan
O'Wano Lagune Publié le 01.03.2021

O’WANO LAGUNE – RESTAURANT AFRICAIN

Situé dans la commune de Bingerville à Abidjan, l'espace O'WANO Lagune vous accueillera dans un lieu atypique. O'WANO lagune, séduit par sa beauté aux couleurs…

Lire la suite
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal de Bangui et recevez gratuitement toute l’actualité

Agenda
  • Il n'y a aucun évènements à venir.
Voir tout l’agenda
Retour en haut