International › APA

Covid-19: le Sénégal face à l’équation de protéger les personnes à risque

Le Sénégal a pris de nouvelles mesures pour protéger les personnes âgées de la Covid-19, qui se propage de façon inquiétante malgré tout.Le ministre de l’Intérieur n’en démord pas : « les jeunes constituent des vecteurs de transmission du virus aux personnes âgées (qui) en meurent » à cause des maladies chroniques qu’elles trainent.

Il y a une semaine, Aly Ngouille Ndiaye exposait les chiffres effroyables qui touchent les patients du nouveau coronavirus âgés de plus de 60 ans. En effet, « près de 50% des malades ont moins de 40 ans » alors que 158 sur 225 personnes décédées de la pandémie dépassaient la soixantaine, soit un taux de 70%. Pour s’attaquer au mal, il a décidé de réactiver ou de renforcer des mesures qui étaient déjà prises lors de l’état d’urgence qui avait duré plus de trois mois, entre mars et juin.

Ainsi, il n’est plus possible de se rassembler au niveau des plages, des terrains de sports, des espaces publics et des salles de spectacles. Le port du masque devient par la même occasion obligatoire dans les services de l’administration publique et privée, dans les commerces et les transports. Les mesures visent particulièrement la capitale Dakar qui constitue l’épicentre de la maladie.

Comme demandé par le président Macky Sall au gouvernement, « un dispositif spécial de régulation et de contrôle » composé de gendarmes et de policiers est déployé au niveau de ces sites pour veiller au respect des règles.

Depuis qu’il a enregistré son premier cas en mars, le Sénégal en est ce jeudi 13 août à un total de 11.740 personnes infectées dont 7572 guéries, 244 décédées et 3923 sous traitement.

Il faut dire que depuis la levée de l’état d’urgence, plusieurs personnes sont gagnées par le relâchement dans le respect des mesures barrières. Certains même continuent de nier l’existence de la maladie là où le décompte macabre est devenu quasi quotidien dans les communiqués du ministère de la Santé.

Vers de grands rassemblements ?

Coïncidence malheureuse : le pays a successivement perdu ces dernières semaines des personnalités, faisant penser qu’elles ont été emportées par le coronavirus sans qu’on n’ait la confirmation pour chaque cas. Toutefois le directeur de l’hôpital Principal, Mame Thierno Dieng, relève que plusieurs dignitaires tombés malades ont été contaminés lors de cérémonies funéraires. Dans cette structure sanitaire, parmi les centres de traitement de Covid-19, ils sont nombreux à y avoir laissé la vie.

Par ailleurs, depuis le retour de la fête de Tabaski, les cas communautaires survolent les cas contacts. Ce qui était inhabituel jusque-là et qui confirme une fois de plus que le virus circule au sein de la société. La plupart des agglomérations sont pratiquement touchées par la nouvelle vague de contaminations communautaires. Le ministre de la Santé avait pourtant demandé à ses compatriotes de célébrer la fête là où ils sont, mais il n’a pas été suffisamment entendu.

Pendant ce temps, le pays s’achemine vers de nouveaux évènements qui drainent chaque année du monde à l’image du Grand Magal de Touba ou le Gamou célébré dans plusieurs foyers religieux.

Certaines voix, comme l’ancien ministre Mary Teuw Niane, ont appelé à une concertation avec les khalifes généraux en vue de trouver des consensus pour éviter les grands rassemblements, prenant l’exemple du pèlerinage de La Mecque de cette année. Il a malgré tout subi une vague de critiques après que des personnes ont interprété ses propos comme s’il avait appelé à annuler ces rendez-vous religieux. Le gouvernement ne s’est pas encore clairement prononcé sur la question au moment où la pandémie continue sa percée fulgurante.

Le chef de la prise en charge des malades de la Covid-19, professeur Moussa Seydi, ne cache pas en effet son pessimisme. Il fait savoir au journal L’Observateur de ce jeudi que « le pire est devant nous ». Et ce ne sont pas les sujets âgés qui en sortiront indemnes vu qu’ils constituent la population la plus à risque.

D’ailleurs, de « nouveaux symptômes » de la maladie ont été découverts chez les patients de cette couche. Il s’agit de la démence, les chutes et le sommeil continu, selon le gériatre Seydina Limamoul Mahdi Diagne, médecin-chef du centre médico-social de l’Institution de prévoyance retraite du Sénégal (Ipres).

« Dès fois, avant que les signes respiratoires et la fièvre n’apparaissent, on peut assister à un changement de comportement chez la personne âgée. Une personne âgée qui n’avait pas la démence peut se retrouver en cas de Covid-19, avec des troubles de la mentalité, un comportement bizarre, un sommeil continu des oublis et un comportement agressif », a-t-il expliqué, recommandant de « chercher dans toute pathologie aiguë le Covid-19 ».



Commentaire

Bon plan
Publié le 21.10.2019

LES CASCADES DE MAN

Les cascades naturelles de Man volent la vedette à tous les sites touristiques de la région du Tonkpi. Leur nom colle désormais à celui de…

Lire la suite
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal de Bangui et recevez gratuitement toute l’actualité

Agenda
  • Il n'y a aucun évènements à venir.
Voir tout l’agenda
Retour en haut