International › APA

Côte d’Ivoire : réflexion sur le financement de la recherche

Abidjan a abrité une rencontre sur le financement de la recherche et de l’innovation pour le développement durable de la Côte d’Ivoire.Cette rencontre qui s’est tenue, mercredi, a été initiée par le Fonds pour la science, la technologie et l’innovation (FONSTI). Elle a réuni plusieurs acteurs du monde de la recherche, des universitaires et des partenaires au développement.

Selon le secrétaire général du Fonsti, Dr Yaya Sangaré, la recherche scientifique en Côte d’Ivoire est confrontée depuis plusieurs décennies à deux grands problèmes structurels. Le premier, le financement régulier, pérenne, suffisant et adapté ; le second, la valorisation économique des résultats de recherche.

« Nous avons des chercheurs de qualité, mais ces deux grands problèmes font que la recherche contribue faiblement au développement de l’Afrique en général et de la Côte d’ivoire en particulier », a fait observer Dr Yaya Sangaré.

Il a fait savoir que « la recherche est réduite à sa dimension académique et universitaire dans nos pays africains hormis l’Afrique du Sud ». Le Fonsti veut à travers cette réflexion égrainer des voies pour un financement efficace de la recherche.

Pour Dr Yaya Sangaré, la recherche devrait permettre plus d’impact bénéfiques sur les communautés, le secteur privé et la société en général.

Le gouvernement ivoirien consacre beaucoup d’efforts dans le financement de la recherche, mais le pays est encore loin des 1% du PIB recommandé par l’Union africaine (UA) comme montant minimum à affecter au financement de la recherche-développement dans chaque Etat membre.

« Il est important que l’Afrique participe activement à la production et à l’échange mondial de Savoirs en produisant des connaissances endogènes aptes à améliorer les conditions de vie nos populations et la compétitivité de nos entreprises », a-t-il poursuivi.

Le niveau d’industrialisation, de développement socio-économique et industriel d’un pays est généralement proportionnel au niveau et à l’effort d’investissement dans la recherche, le développement et l’innovation technologique.

La génération de connaissances, leur transformation en produits, procédés, biens et services utiles pour la société et leur commercialisation jouent un rôle moteur dans le développement des économies nationales notamment dans la progression des pays vers l’économie du savoir.

Aujourd’hui, les approches d’investissements vont de l’investissement étatique au financement d’institutions financières à vocation commerciale en passant par les appuis financiers multiformes des partenaires techniques et financiers.

En Afrique, il est établi que les Etats affectent en moyenne 0,3 à 0,5% de leur PIB au financement de la recherche, du développement et de l’innovation, sept fois moins que l’investissement réalisé dans les pays développés et industrialisés.

Les pays européens en général et ceux de l’OCDE en particulier affectent 2 à 3% de leur PIB au financement de la recherche, au développement et à l’innovation, conformément aux recommandations du Conseil européen de Lisbonne de mars 2000 (Stratégie de Lisbonne) et du Conseil européen de Barcelone de mars 2002. Les 2/3 à 3/4 de ces ressources proviennent du secteur privé.



Commentaire

Bon plan
O'Wano Lagune Publié le 01.03.2021

O’WANO LAGUNE – RESTAURANT AFRICAIN

Situé dans la commune de Bingerville à Abidjan, l'espace O'WANO Lagune vous accueillera dans un lieu atypique. O'WANO lagune, séduit par sa beauté aux couleurs…

Lire la suite
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal de Bangui et recevez gratuitement toute l’actualité

Agenda
  • Il n'y a aucun évènements à venir.
Voir tout l’agenda
Retour en haut