International › APA

Coronavirus : les projets pétroliers sénégalais pas remis en cause (ministre)

Les projets pétroliers et gaziers du Sénégal ne seront pas remis en cause par la crise de la pandémie du coronavirus a assuré, ce jeudi à Dakar, le ministre de l’Economie, du Plan et de la Coopération, Amadou Hott.« Dans nos prévisions et plans, ce qu’on est les premiers barils de pétrole et m3 de gaz en 2023. Les entités sont en train d’investir aux côtés de Petrosen. A moins que le prix du pétrole et du gaz ne chute, mais vraiment drastiquement dans le futur, pour nous il n’y pas de risque que ces projets soient remis en question », a déclaré le ministre de l’Economie. 

A l’en croire, « British Petroleum (entreprise en charge de l’exploitation des gisements) a réaffirmé […] que le Sénégal n’est pas concerné par ses arbitrages, que les projets vont continuer et qu’en 2023, si tout se passe bien, malgré le retard accusé à cause de la crise de la Covid-19, on aura les premiers productions au Sénégal ». 

Amadou Hott s’exprimait à l’occasion d’une conférence de presse sur le Plan d’actions prioritaire ajusté et accéléré du Plan Sénégal émergent (PAP2A) en perspective d’une relance inclusive et résiliente post-Covid de l’économie sénégalaise. 

Lors de cette rencontre, le ministre de l’Economie a rappelé que le PAP2A qui s’appuie sur le triptyque ajuster, accélérer et attaquer, « couvre l’ensemble des secteurs de l’économie nationale, en accordant toutefois une attention particulière aux secteurs prioritaires et de souveraineté ».

Grâce à sa mise en œuvre, le Sénégal devait retrouver le chemin de la croissance dès 2021 avec un bond de l’économie de 5,2 %, puis 7,2 % en 2022. Le taux de croissance devrait, pour la première fois de l’histoire du pays, passer à deux chiffres en 2023, à 13,7 %. Ceci grâce notamment à la mise en production des importants projets pétro-gaziers offshore de Grand Tortue Ahmeyim et Sangomar. 

Abordant les enjeux et défis du PAP2AA, le ministre de l’Economie a indiqué que « le but est d’entretenir notre économie autour des fondamentaux endogènes qui assurent notre souveraineté alimentaire, sanitaire et pharmaceutique, et qui assure également la protection des groupes vulnérables, la valorisation optimale du capital humain national, le développement du secteur privé, l’industrialisation et l’émergence économique des territoires ». 

Pour ce faire, a souligné Amadou Hott, il faudra « des mécanismes de financements innovants articulés autour des fonds d’amorçage, des fonds de garantie et d’appui pour faire plus de place au secteur privé national ». Cela se fera, selon le ministre, à travers une « mutualisation » des actions et des forces, pour disposer d’une seule base de données de tous ces mécanismes de financement. 

« Cette rationalisation permettra de mieux servir les ayants droit mais aussi d’assurer plus d’efficacité des actions de l’Etat », a fait remarquer M. Hott. 

Le ministre de l’Economie, du Plan et de la Coopération a par ailleurs souligné la nécessité pour l’Etat, « dans un avenir proche, à pouvoir compter sur ses propres ressources et à disposer de terroirs plus résilients aux chocs ». Cela devrait notamment permettre au pays de faire face à d’éventuelles mesures protectionnistes en cas de crise.

Pour y arriver, dit-il, « il convient de réviser le modèle de développement, en vue notamment de produire, de plus en plus, ce que l’on consomme dans l’optique d’une souveraineté alimentaire et sanitaire, avec plus d’implication d’un secteur privé national fort et dynamique ». 

Tout ceci devra être accompagné par des réformes fortes, particulièrement dans les domaines de l’agriculture, de l’aquaculture, de l’industrie pharmaceutique et de la digitalisation de l’économie, a-t-il encore dit. 

Il a ainsi  annoncé que le projet de loi devant porter ces réformes sera sous peu présenté en conseil des ministres, en attendant son adoption très probablement à l’Assemblée nationale dans le courant du mois d’octobre. 

« Pour gagner du temps, nos équipes travaillent en parallèle sur les décrets d’application qui sont à 90% finalisés », a révélé le ministre. 

Adopté ce 29 septembre, le PAP 2A nécessite 14 712 milliards de FCFA de financements d’ici à 2023. Il a connu une augmentation de 614 milliards (4%) par rapport au PAP II initial, avec une contribution attendue du privé à hauteur de 4.770 milliards de francs CFA.



Commentaire

Bon plan
Publié le 21.10.2019

LES CASCADES DE MAN

Les cascades naturelles de Man volent la vedette à tous les sites touristiques de la région du Tonkpi. Leur nom colle désormais à celui de…

Lire la suite
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal de Bangui et recevez gratuitement toute l’actualité

Agenda
  • Il n'y a aucun évènements à venir.
Voir tout l’agenda
Retour en haut