International › APA

Congo : l’opposition conteste la victoire de Denis Sassou Nguesso

Au Congo, des candidats de l’opposition annoncent un recours contre la réélection pour un quatrième mandat du président sortant.Réélu avec un score soviétique de 88,57 %, Denis Sassou Nguesso n’est pas applaudi par tout le monde au Congo. Car les opposants dénoncent un scrutin « calamiteux » avec comme point d’orgue la rapide publication des résultats provisoires intervenue hier mardi.

« Ce n’est pas en un jour qu’on peut compiler les résultats venus de tout le Congo. Il y a quelque chose qui étonne : dans la plupart des résultats, on suit l’ordre de présentation des candidats sur le bulletin de vote. Donc, c’est quelque chose de préconçu », a noté Mathias Dzon, classé troisième avec 1,90 % des suffrages, derrière le défunt Guy-Brice Parfait Kolélas.

Ce dernier, décédé dimanche des suites de la Covid-19, occupe la deuxième place avec 7,84 % des voix. Son allié Jean-Jacques Yhombi-Opango dénonce aussi la « précipitation » dans la publication des résultats.

« J’aimerais bien voir avec quel matériel ils ont pu faire. Je veux bien qu’on évolue. On nous dit ici qu’il n’y a pas de biométrie, qu’il n’y a pas toute cette technologie. Le faire aussi vite ? Je suis assez surpris. Ce n’est pas normal. Toutes les compilations ne sont pas encore arrivées à Brazzaville. C’est vraiment très sale », a-t-il dit sur RFI.

En revanche, le porte-parole de la campagne de Sassou Nguesso, Anatole Collinet Makosso, a pris le contre-pied des candidats de l’opposition.

Logistique

« L’État a ses canaux de transmission de l’information. Cela ne doit quand même pas être comparé à l’individu qui ne sait même pas par quel moyen il peut faire parvenir les résultats ici. S’ils étaient mieux organisés, ils pouvaient les avoir. L’État ne doit quand même pas subordonner son fonctionnement à la dextérité, à la diligence ou à la non-diligence des particuliers. Ce n’est pas possible », a expliqué M. Makosso.

En plus du grief de la « précipitation » évoqué plus haut, les opposants comptent corser leur recours en invoquant l’article 70 de la Constitution congolaise. Il prévoit, selon eux, le report ou l’annulation de l’élection présidentielle en cas de décès d’un candidat.

Cependant, le camp du pouvoir s’appuie sur « les dispositions de l’article 36 » de la loi fondamentale. A ce niveau, Anatole Collinet Makosso note qu’il « n’y a aucun problème ».  Lundi dernier, le président de la Commission électorale, Henri Bouka, avait estimé que le scrutin était valide, puisque le candidat Kolélas est mort après la tenue du vote.

Quelques heures avant son décès et le début du scrutin, l’opposant Guy-Brice Parfait Kolélas, 61 ans, avait publié une vidéo dans laquelle il affirmait « se battre contre la mort ». « Cependant, je vous demande de vous lever. Allez voter », avait-il déclaré, alité, affaibli, avec un masque d’assistance respiratoire sur la main. Il a succombé dans la nuit du dimanche au lundi dans l’avion qui l’acheminait en France pour des soins.

Au pouvoir depuis 36 ans, Denis Sassou Nguesso, 77 ans, surnommé « empereur » par ses pairs ivoirien et guinéen, avait face à lui six candidats pour l’élection du 21 mars. Sur son compte Twitter, il n’a publié que le mot « MERCI » depuis la publication des résultats provisoires.



Commentaire

Bon plan
O'Wano Lagune Publié le 01.03.2021

O’WANO LAGUNE – RESTAURANT AFRICAIN

Situé dans la commune de Bingerville à Abidjan, l'espace O'WANO Lagune vous accueillera dans un lieu atypique. O'WANO lagune, séduit par sa beauté aux couleurs…

Lire la suite
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal de Bangui et recevez gratuitement toute l’actualité

Agenda
  • Il n'y a aucun évènements à venir.
Voir tout l’agenda
Retour en haut