International › APA

Burkina : indignation après le rapt d’une cinquantaine de femmes

Plusieurs organisations internationales et chancelleries ont appelé à la libération des femmes, enlevées au Burkina Faso dans la localité d’Arbinda (nord), dans le Soum.Vague de réactions de la communauté internationale, trois jours après l’annonce de la disparition d’une cinquantaine de femmes au Burkina Faso. Elles étaient parties de chercher des vivres aux encablures d’Arbinda, au nord du pays dans cette région du Sahel sous blocus jihadiste. C’est le premier enlèvement de cette ampleur dans ce pays du Sahel en proie au jihadisme depuis 2017.

Depuis l’annonce de cette terrible nouvelle, le pays est le choc. La communauté internationale multiplie les réactions appelant à la libération de ces femmes. La France, les Etats-Unis, l’Union européenne et surtout l’Organisation des Nations unies (Onu) ont « condamné l’enlèvement de plus de 50 femmes » par des jihadistes présumés, les 12 et 13 janvier 2023. Des recherches sont entreprises par les autorités locales en vue de les retrouver « saines et sauves », a précisé le lieutenant-colonel Rodolphe Sorgho, le gouverneur de la région du Sahel, dans un communiqué.

Malgré les relations froides avec le Burkina Faso, la France rejette « avec la plus grande fermeté » l’enlèvement de ces dames. L’Union européenne (UE) indique ce rapt vient confirmer encore, « les souffrances auxquelles les populations de nombreuses régions du pays sont régulièrement confrontées ces dernières années. Exposés aux violences terroristes qui les font vivre dans la peur, de nombreux citoyens, souvent des femmes, risquent leur vie quotidiennement dans des actes aussi basiques que la recherche de nourriture ».

Sous blocus jihadiste

Le Haut-commissaire de l’Onu aux droits de l’homme, Volkr Turk, s’est dit « alarmé » par ces enlèvements « ciblant délibérément des femmes ». Tous ces partenaires ont exprimé leur solidarité aux autorités de la transition et les ont appelé à tout mettre en œuvre pour retrouver les femmes enlevées. L’UE et ses Etats membres ont renouvelé aux autorités burkinabè leur « soutien indéfectible » dans la lutte contre le terrorisme et la crise humanitaire, ainsi que l’assurance de leur « engagement pour la stabilisation du pays au profit du peuple burkinabè. » « Ces femmes doivent être rendues à leurs proches immédiatement et sans condition et les responsables doivent être tenus pour responsables », ont insisté les Etats-Unis comme la France qui a appelé à leur « libération immédiate ».

Les 12 et 13 janvier dernier, des hommes armés ont enlevé une cinquantaine de femmes, à la recherche de feuilles et de bois de chauffe à la périphérie d’Arbinda. La commune d’Arbinda située dans la région du Sahel est sous blocus de groupes djihadistes depuis plusieurs mois. La zone est difficilement ravitaillée en vivres par les autorités de la transition alors qu’un million de personnes y vivent selon les Nations unies.



Commentaire

Bon plan
O'Wano Lagune Publié le 01.03.2021

O’WANO LAGUNE – RESTAURANT AFRICAIN

Situé dans la commune de Bingerville à Abidjan, l'espace O'WANO Lagune vous accueillera dans un lieu atypique. O'WANO lagune, séduit par sa beauté aux couleurs…

Lire la suite
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal de Bangui et recevez gratuitement toute l’actualité

Agenda
  • Il n'y a aucun évènements à venir.
Voir tout l’agenda
Retour en haut