International › APA

Bamako – Abidjan : détente en vue après la libération des soldats ivoiriens ?

Un vent d’apaisement pourrait souffler sur les relations diplomatiques entre la Côte d’Ivoire et le Mali suite à la libération des 46 libérations des soldats ivoiriens.Suite à la médiation du président togolais Faure Gnassingbé, le colonel Assimi Goïta a accordé la grâce présidentielle aux soldats ivoiriens, malgré leur condamnation à 20 ans de réclusion criminelle, par la justice malienne.

Pendant six, la Côte d’Ivoire et le Mali se sont affrontés sur le terrain diplomatique dans cette crise. Arrêté le 10 juillet par l’armée malienne, les 49 soldats ivoiriens dont trois femmes, sont accusés des « mercenaires » et des « saboteurs » de la sécurité de l’État

Bamako reproche aux soldats ivoiriens d’être entrés sur le territoire malien « sans autorisation ni ordre de mission » et d’avoir donné des versions contradictoires quant à la raison de leur présence.

Des accusations démenties par la partie ivoirienne qui soutiennent que ces soldats sont bel et bien des éléments nationaux de soutien (NSE) de la Minusma. Une version appuyée par l’Organisation des Nations unies (Onu).

Dans un passé récent, la Côte d’Ivoire a été l’un des principaux détracteurs du coup d’Etat de 2020 qui a renversé du pouvoir l’ancien président malien Ibrahim Boubabar Keïta. L’arrivée d’Assimi Goïta au pouvoir, marque le début de cette rupture puisque Abidjan s’était fait le champion des appels à sanctionner le régime militaire de Bamako. Selon Alassane Ouattara, les militaires devaient organiser la transition et retournaient dans les casernes, afin de céder le pouvoir aux civils.

Pour certains observateurs de la géopolitique de cette région, l’arrestation des soldats ivoiriens dans le cadre du contingent de maintien de la paix de la Minusma, était un moyen pour le régime de Bamako de se venger des positions ivoiriennes depuis la prise de pouvoir par les militaires.

La Côte d’Ivoire est ceinturée par trois régimes militaires à savoir la Guinée, le Burkina Faso et le Mali. Ce qui fait frémir Abidjan, où l’expérience qui a précédé l’accession de Ouattara à la présidence ivoirienne en 2010, est encore fraîche dans les esprits.

Tout en promettant de suivre une voie diplomatique pour une résolution à l’amiable de la crise, la rhétorique de Bamako sur la question a toujours été liée à son droit de défendre sa souveraineté et son intégrité territoriale. Et ce, face à de prétendus provocateurs qui étaient entrés dans le pays en se faisant passer pour des soldats de la paix.

Ouattara « cette crise est derrière nous »

Malgré le sentiment de frustration ressenti à Abidjan, le président Ouattara a lui aussi tenu à insister sur la nécessité d’une solution diplomatique, en en rappelant le fait que, quel que soit le sort des soldats détenus, il y a toujours une bonne chance qu’un dialogue pacifique règle la question sans faire retentir le tambour de la guerre avec son voisin du nord.

Le président ivoirien s’en est tenu à ce ton diplomatique une fois que les soldats ont commencé à respirer l’air frais d’Abidjan où il était présent pour les accueillir dans une réunion émouvante avec leurs familles soulagées à l’aéroport.

Pour le dirigeant ivoirien, la crise doit être reléguée aux oubliettes par les deux « pays frères » qui doivent tourner la page. « Maintenant cette crise est derrière nous et nous devons reprendre des relations normales avec ce pays frère qu’est le Mali, qui a besoin de nous et dont nous avons aussi besoin », a déclaré le dirigeant ivoirien.

Les paroles conciliantes de Ouattara ont été bien accueillies par Bamako qui a salué la contribution d’Abidjan à la résolution à l’amiable de cette crise entre voisins. Si Bamako et Abidjan renouent le fil du dialogue, ceci pourrait-il marquer la fin de l’isolement international du Mali en l’Afrique de l’Ouest ?.

Les relations entre le Mali avec ses partenaires traditionnels, notamment la France et la Cedeao, se sont assombries depuis l’arrivée au pouvoir des militaires

Cette situation a été aggravée par les liens croissants de la junte avec la Russie et société privée militaire russe Wagner, qui aurait été engagé pour aider à faire face aux djihadistes qui mènent une insurrection dans le pays depuis 2012.



Commentaire

Bon plan
O'Wano Lagune Publié le 01.03.2021

O’WANO LAGUNE – RESTAURANT AFRICAIN

Situé dans la commune de Bingerville à Abidjan, l'espace O'WANO Lagune vous accueillera dans un lieu atypique. O'WANO lagune, séduit par sa beauté aux couleurs…

Lire la suite
Recevez toute l’actualité

Inscrivez-vous à la Newsletter du Journal de Bangui et recevez gratuitement toute l’actualité

Agenda
  • Il n'y a aucun évènements à venir.
Voir tout l’agenda
Retour en haut